Festival du film asiatique de Deauville 2008

Cette année encore nous sommes allés à Deauville pour le festival du film asiatique du 14 au 16 mars 2008.

Nous avons vu sept films. Commençons par les quatre que j'ai bien aimés :

Kabei our mother Kabei our mother, Yoji Yamada (Japon)
Je trouve que Kabei est de loin le film le plus intéressant. Il se déroule au Japon ppendant la seconde guerre mondiale. Un professeur est arrêté pour "crime politique". Sa femme, digne et courageuse va élever leurs deux filles dans ces moments très difficiles. Un film magnifique et émouvant sur les horreurs de la guerre vue du côté japonais. Il est rare que les Japonais soient critiques à l'égard du rôle de leur pays pendant la seconde guerre mondiale : dictature, idôlatrie de l'empereur, défaite.

 

Four women Four women, Naalu Pennungal (Inde)
A travers le destin de quatre femmes, ce très beau film (moral) montre la place de la femme dans la société indienne traditionnelle dominée par les hommes : importance du mariage, interdiction des relations extra-conjugales, virginité de la jeune mariée.
La prostituée quitte la prostitution mais elle sera rattrapée pas son passé et condamnée car elle refuse de coucher avec un homme riche. La vierge est délaissée par son époux juste après son mariage qui n'a pas été consommé. La femme au foyer n'arrive pas à avoir d'enfants mais se refuse à son riche voisin qui cherche à profiter de la situation. La célibataire ne trouve pas de mari car l'homme qui lui était promis a préféré sa soeur cadette : elle n'a aucune place dans la société.

 

Exodus Exodus, Pang Ho-Cheung (Hong Kong)
Un film rigolo à partir d'une idée orginale : les femmes ont décidé de tuer tous les hommes. Un policier enquête sur ce complot.
J'ai bien aimé ce film avec beaucoup d'humour, pas déprimant contrairement à la majorité des films présentés (voir plus bas...) Dommage que le scénario soit faible. Le scénariste aurait pu en faire plus à partir de ce thème.

 

Fujian Blue Fujian blue, Robin Weng (Chine)
La vie de gangsters à Fujian, ville du sud de la Chine, point de départ de l'émigration vers l'Europe. Intéressant de découvrir l'immigration clandestine vue du côté chinois : des familles désespérées s'endettent pour aider leurs proches à partir mais le résultat est bien incertain. Un autre ravage de l'émigration : l'adultère. Les femmes dont les maris sont loin sortent avec d'autres hommes ; des gangsters les photographient et les font chanter. Y compris lorsque le fils surprend sa mère et la fait chanter... Voilà où on en arrive quand l'argent est la seule valeur. J'ai bien aimé ce film poignant.

 

Puis les trois autres films qui ne m'ont pas plu...

Funuke show some love you loosers Funuke, Show some love, you losers!, Daihachi Yoshida (Japon)
J'ai détesté ce film aux allures de manga. Très malsain et pervers : sadisme, rapports de domination, voyeurisme, inceste, maltraitances de l'épouse (une orpheline recueillie), de la soeur cadette, suicide,...
Malgré certains rares moments comiques, de nombreux passages du film m'ont mis profondément mal à l'aise.

 

Keeping watch Keeping watch, Fen Fen Cheng (Taïwan)
La rencontre entre Ching, une fille paumée qui tient une boutique de réparations de montres et un garçon Yu. Yu est schizophrène, il se prend pour Han plusieurs heures par jour : Han, meilleur ami de Yu, était amoureux de Ching et il est mort. Je n'ai pas accroché à ce film assez désespérant.

 

Shadows of the palace The shadows of the palace, Kim Mee-Jeung (Corée)
Au sein de la cour royale une servante est retrouvée pendue. Sous les apparences d'un suicide, il s'agit d'un meurtre déguisé. L'infirmière mène l'enquête pour découvrir le scret caché derrière la version officielle.
Ce film aurait pu être bon malheureusement, très vite, il dérape. On passe du Nom de la rose à un remake de Massacre à la tronçonneuse. les scènes d'horreur se multiplient : tortures, ongles arrachés, mutilations, écartèlements,... Insoutenable!

 

Une initiative de la ville de Deauville à souligner : un défibrillateur est installé dans la rue pour réagir vite en cas de crise cardiaque : Défibrillateur

 

Nouveautés - Courriel :

Index Voyages